FAITES VOS COSMETIQUES MAISON AVEC DES RECETTES EN IMAGES















jeudi 26 juillet 2012

Quelles HE utiliser pour les peaux mixtes ?





Je vous propose dans les prochains articles mon humble et non exhaustif classement des ingrédients de la cosmétique naturelle et maison en fonction des différents "problèmes" de peau rencontrés, et puisque c'est le titre de l'article, voici les ingrédients favoris des peau mixtes :

(Pour toutes les huiles essentielles, afin qu'aucune confusion ne soit faite, TOUJOURS se référer au  latin !)

PEAUX MIXTES
Bardane après floraison : ses racine et ses tiges s'utilisent infusées ou broyées pour "faire mûrir" et assainir les petits boutons et points noir, elle est également cicatrisante et stimulante pour le renouvellement cellulaire. (Attention la cueillette se fait juste avant la floraison, donc laissez lui des tiges en bouton sinon vous tuerez la plante !!)








Huiles essentielles :
Les anti-bactériennes douces , pour prévenir ou sécher les petits boutons :
Bois de Gaïac
Bois de Hô (Cinnamomum Camphora CT Linalol)
Bois de Rose (Aniba Rosaeodora)
Géranium Bourbon (Pelargonium Graveolens)
Helichryse Italienne (Helichrysum Italicum et aucune autre )
Lavande fine (Lavendula Angustifolia )
Patchouli (Pogostemon Patchouli)

Les anti-bactériennes dures, pour sécher les boutons plus agressifs :
Nard (Nardostachys Jatamansi)
Niaouli (Melaleuca Quinquenervia)
Palmarosa (Cympobogon Martinii )
Petit grain bigaradier (Citrus aurantium bigarade)
Romarin à cinéole (Rosmarinus Officinalis CT cinéol)
Tea Tree (Melaleuca Alternifolia)
Thym à  linalol (Thymus Zygis CT Linalol)
Thym à géraniol (Thymus vulgaris géranioliférum)

 Les astringentes, pour resserrer les pores :
Achillée Millefeuille (Achillea Millfolium)
Bois de Rose (Aniba Rosaeodora)
Cèdre  (Cedrus Atlantica)
Ciste Ladanifère  (Cistus Ladanifer) ma préférée, mais relativement onéreuse...
Sauge Sclarée (Salvia Sclarea)
Thym à géraniol (Thymus vulgaris géranioliférum)

Les régulatrice parties sèches/parties grasses :
Mandarine  rouge (Citrus Reticulata) ATTENTION photosensibilisante, n'utiliser que la nuit !!
Myrte à cinéole (Myrtus Communis CT cineol)
Vétiver (Chrysopogon Zizanioides)
Ylang Ylang (Cananga Odorata)


Vous avez donc un très large choix. Le meilleur moyen de déterminer celles qui vous conviennent vraiment est de les renifler, votre nez sait ce dont vous avez besoin.

Voyons maintenant les hydrolats : a utiliser dans vos émulsions, en lotion visage, seuls ou en mélange, en biphasé pour le nettoyage etc ...
Anti-bactériens :

Citron
Lédon du Groënland
Romarin
Rose
Santal
Tea tree
Thym à linalol

Astringents :
Ciste
Hamamelis
Menthe (verte & poivrée)
Sauge officinale

Anti-inflammatoires, apaisants, cicatrisants :
Achillée Millefeuille
Camomille allemande  
Ciste
Lavande
Myrte rouge

Les huiles végétales :

Jojoba
Nigelle
Noisette (ma préférée, on en trouve une formidable de chez Vigean, dans tous les bon super marchés bio, à environ 9€ les 250mL)
Olive
Pépins de raisin
Sésame
Macérât huileux de Lavande, Persil, Romarin et Thym.

Les fruits : à mixer dans vos masques et gommage... 

Fraise
Citron (orange, pamplemousse, mandarine)
Concombre
Ananas (attention ne convient pas au peaux sensibles)
Papaye
Tomate









Les autres indispensables :


Argiles (Verte, rouge, jaune) très purifiantes.
Gel d'Aloès (aloe vera, très astringent, raffermissant, cicatrisant, hydratant)
Yaourt (nature, bio, de vache ou de brebis, il nettoie, nourrit, hydrate, purifie et gomme)
Miel (de même que le yaourt, on les associe souvent dans les masques)
Œuf (le blanc, en neige de préférence, il est texturant, astringent, nourrissant et raffermissant dans les émulsions et dans les masques)









Et enfin les plantes : à ne ramasser que si vous êtes absolument certain(es) de les reconnaitre et à utiliser , fraiches de préférence, en infusions, décoction (racines et rameaux), macération dans une huile ou un vinaigre (pour faire un vinaigre de toilette).
Lavande (sommités fleuries)
Romarin
Menthe verte
Agrumes
Achillée Millefeuille
Thym
Racine de Bardane
Millepertuis (la nuit)
Calendula (Soucis des jardins)
Camomille allemande
Mauve
Bleuet (attention, un bon exemple de connaissance d'une plante : sur la photo ce ne sont pas des bleuets)




Là ce sont des bleuets...Pas si facile n'est-ce pas ? Alors prudence !!




















J'espère que les peaux mixtes en sauront plus sur les ingrédients à utiliser, bien sûr la liste n'est pas exhaustive, mais si vous n'utilisez que des ingrédients qui ne sont pas dedans posez vous les questions suivantes :
Si mes ingrédients fonctionnent, peut-être n'ai-je pas la peau mixte et mes imperfections sont-elles  réactionnelles ?
Peut-être m'a-t-on légèrement "enquiché" avec des ingrédients au nom pompeux que l'on fait venir de l'autre bout du monde (Huile de Baobab ou de Melon du Kalahari) et que je paie plus cher alors qu'ils sont de fait moins écologiques ?
Si mes ingrédients ne fonctionnent pas bien, eh bien ....vous savez maintenant pourquoi.

A venir : les peaux sèches et matures....

mercredi 18 juillet 2012

Au poil !


Voici revenu le temps du Perrier/rondelle en terrasse, des lunettes de soleil en serre-tête, et pour les plus chanceux de la lecture  de Causette  en front de mer en sirotant un panaché bien blanc et bien frais, les jambes à l'air...
Si comme moi vous n'êtes pas très férue de poil et que vous utilisez un rasoir, je ne saurais que vous recommander un après-rasage, valable pour monsieur, afin de prévenir la folliculite (les micro-boutons rouge dans chaque pore de peau contenant un poil, qui démangent ou qui font le cou tout rouge à ces messieurs).

Cependant, si la folliculite un de ces jours vous échoie vous trouverez aussi dans cet article une crème purifiante, astringente, désinfectante et anti-inflammatoire qui vous aidera à vous en défaire.


Après rasage en gel :

  • 25 ml d'un hydrolat de votre choix (Ceux qui fonctionnent le mieux sont : la ciste, le thym, l'encens, le santal, le tilleul et l'achillée), ici j'utilise la ciste, j'adore cette plante.
  • 20 ml d'eau minérale
  • 0,8 g (une cuillère à thé) de gélifiant en poudre (ici gomme xanthane)
  • 1 cuil. à café de gel d'aloès
  • 12 gouttes de conservateur écologique (ici alcool benzylique)
  • 5 gouttes de Bisabolol végétal (sites spécialisés)
  • 10 gouttes d'HE regroupant les vertus astringentes, calmantes, antibactériennes et cicatrisantes. Soit ciste et achillée, ou cyprès bleu et bois de gaïac, lavande vraie et palmarosa, on met 5 gouttes de chaque.

J'ajoute une pointe de colorant alimentaire pour lui donner un aspect plus attrayant pour monsieur.



Fabriquons le :

Après avoir dosé mes liquides (hydrolat et eau minérale) dans un bol à mélanges, je vais peser mon gélifiant, celui-ci doit être incorporé entièrement sous agitation.

Astuce : J'utilise le bouchon du flacon comme coupelle de pesée.

Je verse la poudre gélifiante en agitant vigoureusement mes liquides, à froid, et j'obtiens un gel qui épaissit seul en moins d'une minute.

J'y ajoute une cuillère à café de gel d'Aloès (attention mes cuillères sont petites elles ne contiennent que 3,5 mL).

Ajout des HE, conservateur et autres...

Un petit peu de colorant alimentaire pour le plaisir.

Remplissage du flacon.  
 C'est prêt !
N'est-il pas de toute beauté ?
Admettons maintenant que vous vous soyez rasé les jambes un peu fort et que vous ayez des rougeurs et autres joyeusetés. Voici en complément une crème à la ciste dont les propriétés astringentes, désinfectantes, cicatrisantes et apaisante vous aideront à faire passer la crise.

Fluide apaisant la folliculite à la Ciste ladanifère :

  • 3g d'émulsifiant Olivem 1000  (une bonne cuillère à café)
  • 5g d'huile d'Amande douce, de Périlla ou de macérât huileux de Calendula (une bonne cuillère à café)
  • 20 mL d'hydrolat de Ciste ladanifère (4 vraies cuillères à café)
  • 10 mL d'hydrolat de Thym à linalol (2 vraies cuillères à café)
  • 10 mL d'eau minérale (2 vraies cuillères à café)
  •  0,3 g de gélifiant (une demi cuillère à thé)
  • 15 gouttes d'HE de Lavande vraie (fine, officinale, lavendula angustifolia)
  • 5 gouttes d'HE d'Achillée millefeuilles (achilea millefolium)
  • 5 goutes d'HE de Ciste ladanifère (cistus ladanifer)
  • 12 gouttes de conservateur compatible avec le gélifiant choisi.

Mettons nous au travail :

Dans un petit bol je pèse (ou je mesure ) mes huiles ...

...et mon émulsifiant.
Ingrédient secret (j'ajoute une giclée d'huile d'avocat pour ma peau sèche).

DANS UN SECOND BOL, je mesure les hydrolats et l'eau minérale.

Je place le bol de phase huileuse au bain-marie et je gélifie la phase aqueuse, puis je la place à tiédir avec l'autre.

Je retire le tout lorsque la phase huileuse est bien transparente, le gélifiant présent dans la phase aqueuse aidera l'émulsion à prendre immédiatement ainsi il est plus facile de faire le mélange à la main.
Une fois l'émulsion prise j'y ajoute les additifs et huiles essentielles
Ma superbe achillée millefeuille ...

Je choisi pour stocker ma préparation crème fluide un tube mou, on les trouve chez Muji, ils sont relativement chers, mais d'une qualité à toute épreuve, et vraiment pratique...

Et voici ma crème prête à être étiquetée !

Je vous rappelle que tout produit de fabrication maison doit ABSOLUMENT porter une étiquette mentionnant son utilité (que personne ne confonde votre crème au menthol pour les pieds fatigués avec votre contours des yeux défatiguant...), ainsi que la date de péremption. Je conseille de fabriquer de petite quantité de produit pour les garder le moins longtemps possible (pas plus de deux mois).

Sortons les gambettes !



mardi 17 juillet 2012

Shampoing "liquide" au sodium coco sulfate

Mais oui c'est possible ! Et c'est très économique.


On ne trouve à faire avec le Sodium Coco Sulfate que des shampoings solides. J'en suis fan mais j'aime bien avoir une bouteille de shampoing de temps à autre. J'ai donc essayé de fabriquer du shampoing "liquide" ou plutôt en gel, à partir de tensioactifs en poudre comme le SCI et mon fameux Coco Sulfate.

Ô joie !

Non seulement ça fonctionne très bien, mais c'est encore plus économique que la version solide puisqu'on utilise moins de matière ! Le shampoing obtenu lave tout aussi bien, supporte la customisation et mousse (oui je sais c'est mal, mais qu'est-ce que c'est bon).

Devant vos yeux ébahis :

La recette !

25 cL d'infusion* de plantes (ici camomille et romarin parce que je suis blonde et que j'ai les racines grasses)
2 cuil. à café de Sodium Coco Sulfate
4 cuil.à café de tensioactif SCI
1 cuil. à café ARASEE de gélifiant en poudre (gomme guar ou xanthane)
Panthénol liquide 30 gouttes (fixe l'eau dans le cheveux)
Acide lactique 30 gouttes (parce que les cheveux adorent les PH acides on ne vous le dira jamais assez)
HE de Sauge sclarée (salvia sclarea) 30 gouttes (régulatrice)
HE de Pamplemousse 30 à 60 gouttes en fonction de la puissance parfumée souhaitée.

Il est rare que j'ajoute un conservateur, parce que  je finis généralement la bouteille en 1 mois et que celle-ci contient beaucoup d'HE, mais 50 gouttes de Geogard ou d'EPP ne peuvent pas faire de mal.

Et on y va :

Je prépare une tasse contenant  25cL avec mon petit filtre individuel (de chez N&D, très pratique)

J'y place 2cuil. à café de camomille et 2 cuil. à café de romarin (plantes sèches)

Je verse l'eau qui à bouilli mais dont la température est redescendue à 85° (pour ne pas abimer les principes actifs des plantes)

Je laisse infuser un quart d'heure : une infusion réussie est bien colorée et dégage le parfum de la plante utilisée.


Pendant que ma partie liquide infuse, je prépare ma phase sèche en mélangeant bien mes tensioactifs et mon gélifiant au mortier.

Le Sodium Coco Sulfate est déjà dedans avec le gélifiant, j'ajoute le tensioactif SCI...

Ceci n'est pas du sucre ...

Je mélange bien dans le mortier avec mon pilon.

Enfin je verse l'infusion dans un bécher en verre de 500mL dans lequel je vais pouvoir incorporer les poudre SOUS AGITATION ! (C'est essentiel sinon vous n'aurez plus qu'à tout recommencer !!)

Hop, j'ôte délicatement le filtre en inox et une parfaite infusion m'attends dessous...

Je la verse dans le réceptacle du vigoureux touillage qui va suivre.

Je touille vigoureusement tout en agitant l'infusion. (Mais avec quelle main je prends la photo ?)

Voilà les tensioactifs en poudre et le gélifiant sont dissouts...

La préparation s'est épaissi je vais donc ajouter le reste des ingrédients.

 Lorsque vous constatez un épaississement notable de la préparation, vous pouvez ajouter vos gouttes d'HE, et autres additifs. Je termine par l'argile en mélangeant bien, il faudra de ce fait agiter votre shampoing avant l'emploi.

J'ai en ma possession une vieille bouteille de démaquillant "doigt d'hermine" depuis des temps immémoriaux qui vit maintenant très bien sa reconversion en bouteille de shampoing.

Ma bouteille reconvertie sans son bouchon (c'est elle qu'on voit au travers des bulles dans la première photo)

Ajout de l'argile (verte pour mes racines bien productives, si vos cheveux sont normaux utilisez du rhassoul et s'ils sont secs du miel ou du yahourt à raison d'une cuillère à soupe)

Et remplissage. 


Ma version aux HE de Suage et Pamplemousse sent l'agrume bien frais, mais rien ne vous empêche de lui préférer le romarin, la lavande, l'ylang ylang, toujours dans les même proportions.

Touillez bien !




lundi 2 juillet 2012

Quelle est la différence entre une huile végétale et une huile essentielle ?

A tous ceux qui lisent encore ce blog, pardon de m'être absenté si longtemps, des problèmes de santé qui s'améliorent à peine m'en ont empêché.


Quelle est la différence entre une huile végétale et une huile essentielle ?
Qu'est-ce qu'une huile minérale ?

Mais qui pose encore ces questions s'interrogeront certain(es)? Nombre d'entre nous, vous répondrai-je.

En effet la désinformation règne autour de nous, on vous parle de produits naturels, voire d'huiles minérales naturelles (je l'ai vu écrit), on vous met en garde contre les dangers des huiles essentielles (il y en a), et de l'inefficacité des cosmétiques "maison" par rapport à ceux produits en laboratoire "sous contrôle dermatologique", hypo-allèrgéniques, voire "géniques"... Comme dirait un magazine cher à mon cœur : "On nous prend pour des quiches".

Je vais donc répondre à l'éminente question posée ci-dessus, et vous parler des cosmétiques en général. 

Premièrement sachez chers consommateurs (trices) que les publicités (toutes), la télévision (la plupart du temps) et les magazines (souvent involontairement) vous mentent, dans le but de vous faire consommer des produits (plus que nécessaires) qui vous rendront non pas beaux ou belles, mais conformes aux normes imposées par ces mêmes médias !! STOP !
Deuxièmement, surfant sur la vaguelette d'éveil  de nos consciences endoctrinées depuis les années soixante, les fabricants de cosmétiques mettent le "naturel" à toutes les sauces et jouent volontairement sur les mots pour vous induire grossièrement en erreur, dans le but de vous faire consommer des produits (plus que nécessaires) qui vous rendront non pas beaux ou belles, mais conformes aux normes imposées par ces mêmes médias !! STOP ! STOP ! STOP !

Alors, quelle est donc la différence entre une huile végétale, une huile essentielle et une huile minérale ?



L'huile essentielle n'a d'huile que le nom.
L'explication de la nature exacte de la substance serait fastidieuse à lire pour celles et ceux qui n'ont pas fait d'études scientifiques. Sachez que l'huile essentielle est  le résultat de la distillation de la plante (entière ou partielle ) appelé aussi distillat.Ce distillat concentre très fortement les principes actifs de la plante et c'est pour cela que les huiles essentielles ne s'utilisent qu'avec connaissance et précaution : diluées dans la plupart des cas, et qu'elles sont INTERDITES aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 5 ans sauf prescription médicale.

L'huile végétale c'est du gras !
"Le lipide" (le gras) est une merveilleuse substance constitutive des organismes vivants, elle peut être liquide (huile), solide (graisses, beurres) ou cireuse (cire d'abeille), elle peut être animale ou végétale.
Lors qu'après des millions d'années les végétaux se fossilisent (retournent vers le règne minéral), les lipides (entre autres) se transforment à leur tour pour devenir des hydrocarbures : la seule "huile minérale naturelle" au sens strict du terme c'est le pétrole !! Celui-ci après raffinage produit deux substances que contiennent pratiquement TOUS les cosmétiques conventionnels et qui sont totalement inopérantes, absolument inactives, et simplement polluantes : parafinum liquidum, et petrolatum (vérifiez les étiquettes ...)

Il existe énormément de végétaux dont la graine, la plante, la tige, le fruit, produisent de l'huile ou du beurre par simple pression à froid. La graisse animale comme le suif (graisse de bœuf), le saindoux (porc) ou le beurre  (concentration des lipides contenus dans le lait de vache) peut aussi à l'occasion être utilisée dans la cosmétique (vérifiez si votre savon contient du sodium tallowate, c'est du suif transformé en savon, rien de nocif là-dedans pour une fois). Ses matières grasses sont absorbées par l'épiderme et peuvent même aider la peau à fonctionner, l'entretenir, l'aider à retenir l'eau (hydratation).


Là où le bât blesse : Les huiles essentielles ne se dissolvent pas dans l'eau, mais dans l'huile !!! La majorité des recettes contiennent donc les unes et les autres et parfois en les lisant on peut confondre !!! Achetez donc des livres, les blogs sont un formidable outil, mais cela ne remplace pas les vérifications faites par les maisons d'édition.

Bref :
Pour avoir une belle peau il faut :
 - la nettoyer souvent (une fois par jour ) avec un savon, un vrai, qui ne contient pas de produits chimiques nocifs et polluants ; comme par exemple du savon d'Alep, solide ou liquide, des savons artisanaux à froid ou un véritable savon de Marseille (ne contenant que de l'huile d'olive, ne moussant pratiquement pas). Ils seront beaucoup moins agressifs pour votre peau que tous les gels douche et autres gels nettoyant "sans savon" qui contiennent des détergents chimiques, parfois les mêmes exactement que ceux de votre produit vaisselle (si, si, cherchez sodium laureth sulfate sur les étiquettes...). Et tout ça est également valable pour le visage.
 - La protéger du dessèchement et/ou des agressions extérieures avec un lipide léger (huile de noisette, jojoba, macadamia, olive, sésame, avocat, abricot, tournesol.)

Et c'est tout !!



Si d'autres problèmes cosmétiques vous préoccupent (boutons, point noirs, sècheresses, dartres, rougeurs, cernes, taches, vieillissement...) adaptez et complétez les soins avec des formules de crèmes, des masques, des bains de vapeur, des gommages aux ingrédients adaptés (article avenir) etc... Mais sachez que la peau et son entretien relèvent de quatre principes simples :

Propreté : démaquillez vous et lavez votre peau (même le visage), voir ci-dessus.

Simplicité : trop de produits, trop d'informations et la peau élimine et/ou se défend (rougeurs, boutons) donc faites simple et si il y a un problème particulier faites une cure d'un mois, puis revenez à votre routine.

Gras : même les peaux mixtes ou grasses peuvent utiliser une huile de soins, les lipides font partie de notre peau et peuvent aider à réguler la production de sébum si vous les choisissez bien (huiles de noisette et jojoba restent ex aequo au top des régulateurs ) et si vraiment vous n'aimez pas l'huile et seulement si votre peau est grasse, utilisez du gel d'aloe vera pur.

Routine : la peau met du temps pour se réguler, se transformer, se réparer. Laisser lui six mois au moins avant d'apprécier les changements (les améliorations durables ) qui surviennent avec l'utilisation de produits vraiment naturels. 

Avec un bon savon, une bonne huile, un tube de gel d'aloe vera et une ou deux HE adaptées, vous avez l'essentiel de votre kit de survie cutané.

En espérant vous avoir bien informés...